Le maitre mot de cette rentrée pour les entreprises et les Français : “sobriété énergétique”. Cela suppose de transformer durablement, et plus que jamais, nos comportements et nos habitudes. L’objectif affiché est de réduire de 10% notre consommation d’énergie en 2 ans en France, et à l’échelle européenne, de 50% en 2030.

De nouvelles directives ont également vu le jour : le CSRD ( Corporate Sustainability Reporting Directive), qui remplacera bientôt la Directive sur le Reporting Extra-Financier des Entreprises (NFRD). Il intègre trois nouvelles dimensions pour les entreprises concernées : l’impact de l’activité sur le climat, les risques climatiques qui pèsent sur l’entreprise et la façon dont l’organisation gère ces problématiques.

Cet été, le Gouvernement a lancé le troisième volet de l’appel à projets pour accélérer la sortie des combustibles fossiles dans l’industrie, destiné aux petits sites industriels. Plus récemment, lors de la Rencontre des entrepreneurs de France (REF) du Medef le 29 août dernierla Première Ministre a appelé chaque entreprise “à établir, en septembre, son propre plan de sobriété”, sous peine de rationnement pour faire face à un risque de pénurie. En même temps, se tenait l’Université d’Eté de l’Economie de Demain 2022 (UEED) organisée par le Mouvement Impact France, dont la thématique était “la sobriété”. Plus de 2000 Entrepreneurs étaient présents, prêts à franchir le pas !

 Face à cette “croissance sobre”, chaque entreprise est invitée à faire sa part, en revoyant sa planification, sa production, son approvisionnement, sa méthode de vente, sa livraison, sa communication… Quant aux Français et aux consommateurs, ils devront revoir leur discernement sur leur consommation, leur éco-conduite, leur engagement individuel…

Nous sommes dans une remise en question collective urgente !